Navicom - Votre spécialiste de l'électronique marine Consultez le catalogue 2019
89 jours 9 heures 39 minutes et 35 secondes

89 jours 9 heures 39 minutes et 35 secondes

11/02/2009

Ce Vendée Globe 2008/2009 a été haletant et plein de rebondissements et de casse. Démâtages, pertes de quilles et autres avaries ont donné lieu à de grand moments d'émotion. On se souviendra longtemps des aventures de Yann Eliès et de Jean Le Cam. On a pu encore se rendre compte de la grande solidarité entre marins. Ils ont beau être coureurs et adversaires, ils n'oublient pas les règles fondamentales, dont celle consistant à apporter toute l'aide possible à toute personne ou navire en danger.
Armel a fait partie de ceux qui ont porté assistance en participant au sauvetage de Jean Le Cam, veillant aux abords du bateau chaviré. A ce titre, il a reçu une compensation de 11h.
On félicite donc autant l'exploit sportif que l'aventure humaine. Terminer deuxième d'un Vendée Globe à sa première participation n'est pas donné à tout le monde. Le "Chacal", comme on le surnomme sur les pontons, ne lâche rien, même si cette fois, c'est par une stratégie de prudence dans le Pacifique qu'il termine avec un bateau en très bon état.
La partie électronique a tenu le choc jusqu'au bout. Et c'est bien d'un choc dont on parle, tellement les matériels ont étés éprouvés par les conditions rencontrées. De nombreux enseignements sont à tirer de cette expérience.
Roland Jourdain de son côté n'a pas eu de chance, la perte de sa quille et les conditions attendues dans le Golfe de Gascogne ne lui ayant pas permis de rallier les Sables. Il a eu son lot d'aventures, et notamment une déferlante qui est entrée jusqu'à la table à cartes, mettant hors service les deux ordinateurs fixes du bord. Il a pu se dépanner grâce à un portable de secours qui était protégé dans un caisson étanche.

Les antennes ont subit d'énormes contraintes. Elles sont naturellement à l'extérieur, et malgré le soin apporté à leur position et leur fixation, l'expérience montre que les éléments sont puissants et que l'on n'avait pas anticipé tous les cas de figure. Elles passent parfois sous l'eau, alors que l'on ne pouvait pas l'imaginer en l'installant. Cela démontre aussi la violence des conditions sur le parcours.

Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. Ils nous permettent également de personnaliser votre expérience Navicom.
Cliquez ici pour en savoir plus.